Cinq conseils pour des #hashtags qui claquent !


Comment utiliser les hashtags sur les réseaux sociaux ? Ces mots-clés, qui collent la dièse #, peuvent créditer ou démolir vos publications. Mode d’emploi.

Seuls ou accolés, ces mots qui suivent le croisillon sont surlignés en bleu et donc « cliquables ». Ils permettent de grouper des contenus similaires ou d’effectuer une recherche pour découvrir les sujets et les centres d’intérêts liés. #expatriation #InboundMarketing ou #USElection2016. Initialement développés par la communauté des utilisateurs de Twitter, ces chapelets de mots ont investi Facebook en juillet 2013 et ont abondamment envahi Instagram. À éviter sur Pinterest où les utilisateurs apprécient les publications avec un minimum de texte.

Voici cinq conseils à garder en tête pour des hashtags qui tiennent la route.

Pensez « mot-clé »

Un hashtag est un mot-clé. Un mot qui résume une idée, un message. C’est aussi un mot qui donne une clé de lecture, qui propose un autre sens. Un mot qui dévoile une humeur, un sentiment. Ajouter un hashtag est une façon de dire que votre publication a de l’intérêt. Les hashtags permettent aussi à des personnes intéressées par le même sujet de se trouver et d’échanger. Guy Kawazaki, Chief Evangelist, Canva résume à merveille : « Les hashtags sont fabuleux. Ils connectent des publications de personnes partout dans le monde et ajoutent de la structure à un écosystème autrement déstructuré. » Dernier point, le hashtag permet de traquer les partages. Sinon, ils se perdent dans la nature des réseaux sociaux.


Les plus courts sont les meilleurs

Les hashtags courts fonctionnent mieux. Sur Twitter, c’est indispensable pour rester en dessous de la barre des 140 signes autorisés. Globalement, en étant courts, les hashtags auront aussi plus de chance d’être repris par vos fans et followers. Un hashtag ponctuel, associé à un événement précis, avec la date, aura une durée de vie plus courte que s’il reprend votre nom, votre marque, votre produit ou un mot-clé plus générique. Tout dépend de l’objectif.

Insérer des majuscules

Les hashtags longs… Pourquoi pas. Ils n’ont pas la même fonction que les courts. Exit le principe de mot-clé. Ces hashtags précisent un point ou expriment un sentiment, une humeur. Pour améliorer la lisibilité, donnez du relief et insérez des majuscules à certains mots.

Pouvez-vous lire facilement ces hashtags ?

#jadorelesvendredi #mesclienteslevalentbien #Whatcolorisyourcommunication

#JadoreLesVendredis #MesClientesleValentbien #WhatColorisYourCommunication

C’est mieux non ?

Un, deux, trois hashtags max. !

Sur Twitter, les tweets mentionnant un hashtag reçoivent deux fois plus d’engagement que ceux qui n’en ont pas. Sur ce réseau, ils sont donc vitaux. Lorsqu’on voit un hashtag, on a tendance à cliquer, à explorer et à le réutiliser dans ses propres publications. Le hashtag va peut-être même nous pousser à vérifier le profil de la personne ou de la marque qui l’a utilisé. Mais attention à l’overdose. N’ajoutez pas plus de deux ou trois hashtags par publication au risque de noyer votre message ! Exception sur Instagram où l’abus de hashtags est vivement recommandé. Et, si vous oubliez certains hashtags ou souhaitez alléger votre publication, ajoutez-les en commentaire. Sautez sur les hashtags populaires #instafood #instamood #nofilter ou cherchez-en d’autres via l’application TagForLikes et Instatag.

Communiquez à propos de vos hashtags

Pour exister par le biais d’un hashtag, il faut éduquer votre audience. Lors d’un événement, d’une conférence ou d’un salon, communiquez avant, pendant, après via tous vos canaux de communication pour encourager l’usage du hashtag sur les réseaux sociaux. Gommette verte : imprimez le hashtag de l’événement sur des cartes de visite et distribuez-les à l’accueil, via le photographe du jour. C’est un moyen supplémentaire de pister les photos des participants et de grossir le volume de publications sous ce hashtag.

#Design #web #hashtags #hashtag